Avez-vous déjà relevé le nombre de perturbations que contient l’une de vos journées ? Je vous invite à le faire. Notez chaque moment où, alors que vous vous sentiez plutôt calme, un élément vient perturber votre bien-être. Vous allez être étonné(e) du résultat !

        

            Nombreuses sont les situations susceptibles de nous déséquilibrer au quotidien. Je les divise en 4 catégories.

1. Ce que l’on nous dit à l’oral, à l’écrit, mais aussi par le langage non verbal. Une remarque que l’on trouve désagréable, une critique que l’on prend mal,  un sujet qui nous met mal à l’aise, un ton que l’on trouve inapproprié, déplacé et qui nous agresse, une parole qui nous vexe ou nous rend triste, une histoire qui nous bouleverse, un geste qui nous contrarie parce qu’il trahit peut-être une pensée non exprimée, etc.

2. Ce que l’on nous fait. Une bousculade dans la rue qui nous atteint, un geste qu’on tente de nous imposer, un « coup tordu » au travail, une tromperie amoureuse, etc.

3. Ce que nous voyons, dont nous sommes témoin. Un accident choquant, la souffrance de quelqu’un qui nous paralyse, une scène de vie qui nous met mal à l’aise, en colère, une image qui nous écœure, un film qui nous bouleverse, etc.

4. Ce que nous sentons dans notre corps. Je pense ici aux douleurs désagréables par exemple.

 

       Chaque situation déstabilisante à laquelle nous sommes confrontés nous demande d’agir, de réagir  de sorte à nous restabiliser, à retrouver notre calme, notre bien-être.Se rééquilibrer lorsqu’on se sent perturbé requiert deux aptitudes essentielles, s’affirmer et gérer son ressenti. Elles appartiennent au registre de la communication, il s’agit d’être capable de ne pas se laisser marcher sur les pieds tout en respectant les autres, et à celui des émotions, il est important de les accueillir et de les prendre en charge, sans les fuir.

Pour des raisons très diverses les personnes souffrant de troubles alimentaires n’ont pas acquis les compétences qui permettent de faire face à ce qui les perturbe. Pour ces personnes les difficultés de tous les jours posent problème et leur vie ressemble de très près à un enfer. Imaginons l’une d’elles face à quelqu’un qui la déstabilise ; puisqu’elle n’a pas appris à s’affirmer elle ignore comment ne pas se laisser faire, et n’ayant pas développé sa capacité à gérer ses émotions elle ne sait pas quoi faire de ce qu’elle ressent, autrement-dit elle subit la situation… Crise de boulimie garantie ! Objectif : Acquérir les savoir-faire qui permettent de ne pas rester en déséquilibre trop longtemps. Mais comment faire ?

En apprenant à prendre en charge les émotions, et en apprenant à s’affirmer face aux autres. Beaucoup cherchent à développer ces deux « compétences de vie » de façon autonome, d’autres font le choix d’un accompagnement thérapeutique. Les autodidactes ont deux grandes possibilités, la première est d’étudier les astuces des autres au quotidien pour se les approprier, la deuxième est de se nourrir des solutions proposées par les livres de développement personnel. Ce travail en solo peut s’avérer très efficace et convenir parfaitement à certaines personnes, d’autres progresseront davantage en étant aidées dans leur démarche par un professionnel. L’accompagnement a pour avantage de faire gagner du temps et de l’énergie, il permet surtout d’obtenir un retour précieux sur les tentatives qui échouent, de découvrir comment faire pour gagner en efficacité et ainsi atteindre plus facilement son objectif : Vivre en paix !

 Article écrit par Barbara Verhaeghe, Thérapeute TCA

Retrouvez tous les articles de Barbara Verhaeghe sur le site www.pleinement-soi.com